J'installe Linux !



La procédure la plus simple pour l'installation se fait à partir d'un CD-ROM. Il est aussi possible d'installer à partir d'un disque dur (DOS ou Windows par exemple), ou bien à partir d'un réseau. Le débutant aura intérêt à choisir l'installation à partir d'un CD-ROM.

Je décris ici l'installation de Mandrake ou de RedHat. Les procédures d'installation des autres distributions sont plus ou moins ressemblantes. Les distributions les plus modernes ont toutes des programmes d'installation à base de menus, de plus en plus conviviaux.

Dans tous les cas, on va commencer par détecter le support d'installation, la cible, partitionner, initialiser la zone d'échange, formater les partitions qui doivent l'être, sélectionner les paquets à installer, puis procéder à quelques configurations.

Si votre BIOS peut lancer un système directement à partir du CD-ROM, c'est la solution la plus agréable. Il faut éventuellement le lui demander dans le "setup" qui peut être activé lors de la mise en marche de la machine. Dans ce cas, on amorce le système à partir du CD-ROM et ça roule...

Sinon, on charge le système DOS ou Windows et on se positionne sur le répertoire \DOSUTILS du CD-ROM. Sous Windows, il peut être nécessaire d'ouvrir une fenêtre DOS (ou de relancer Windows en mode DOS) pour que le processeur soit en mode réel, et non en mode protégé, mais je n'en suis pas sûr. On lance alors le fichier de commandes qui s'appelle AUTOBOOT.BAT et c'est parti...

Linux se charge alors à partir du CD-ROM, affiche beaucoup de messages, puis propose successivement des menus.

Choix du langage, du clavier : choisissez français (french)  et  fr-latin1.

Selon le type de CD-ROM que vous avez, Linux le détectera tout seul ou bien vous demandera de quel modèle/marque il s'agit. Au pire, il vous demandera des adresses d'entrées/sorties ou d'interruptions que vous pourrez trouver soit en consultant les informations d'un autre système (par exemple Windows-panneau de configuration) soit en consultant la documentation de votre matériel.

La procédure donne le choix entre l'installation d'un nouveau système ou la mise à jour d'un ancien. La première fois, il faut évidemment choisir "nouveau système".

Le partitionnement du disque dur peut se faire avec DISK DRUID ou avec FDISK. Le premier est plus convivial. Il faut noter que les versions Linux ou autres de FDISK ne sont pas les mêmes. Par exemple, Windows et DOS sont incapables de supprimer des partitions Linux. Il est conseillé de créer les partitions de chaque système avec le programme FDISK de ce système (ou DISK DRUID dans le cas de Linux).

Vous créerez une ou plusieurs partitions de swap, chacune ne devant pas dépasser 128 Mo je crois. En principe, une suffit. C'est peut-être pour cela que j'en mets deux...
Vous devrez aussi créer une ou plusieurs partitions pour accueillir le système Linux. Je suggère au débutant de tout mettre sur une seule partition pour plus de commodité.
Il peut être préférable de séparer certains sous-systèmes de fichiers du point de vue de la sécurité, mais je pense que ce n'est pas nécessaire quand on débute.

Voici à titre d'exemple ce que j'ai sur mon portable :

Disk /dev/hda: 240 heads, 63 sectors, 839 cylinders
Units = cylinders of 15120 * 512 bytes

   Device Boot    Start      End   Blocks   Id  System
/dev/hda1             1       55   415768+  83  Linux native
/dev/hda2            56      839  5927040    5  Extended
/dev/hda5            56      805  5669968+  83  Linux native
/dev/hda6           806      822   128488+  82  Linux swap
/dev/hda7           823      839   128488+  82  Linux swap
 

D'un contrôleur disque EIDE satndard sortent en général deux tresses à chacune desquelles on peut connecter deux disques, un maître et un esclave.
/dev/hda désigne le disque maître de la première tresse. Il y a ainsi possibilité d'avoir des disques appelés /dev/hdb, /dev/hdc et /dev/hdd.
Les dénominations  /dev/hda1  et autres désignent les diverses partitions de /dev/hda.

Une fois mises en place et formatées les partitions d'échange et partition racine, le programme demande de choisir les "paquetages" qui devront être installés. Bien sûr, quand on débute, on ne sais pas lesquels seront indispensables/utiles/superflus/nuisibles. Si vous avez beaucoup d'espace disque disponible, je vous suggère de tout installer et de trier après, à l'usage. Dans le cas où vous avez un petit disque, au contraire, installez un système minimum que vous complèterez après en fonction de vos besoins.

Après l'installation de tous ces éléments logiciels, vous aurez quelques menus pour configurer la souris, la zone horaire, l'imprimante, le réseau.

Concernant le réseau, vous pouvez reporter l'installation à plus tard si vous avez des difficultés. Le programme d'installation ne reconnaît pas mes cartes Ethernet, alors qu'une fois Linux installé, je n'ai aucun problème avec les outils control-panel, kernelcfg, netcfg, etc. La même remarque s'applique à l'installationde la carte graphique : si vous ne parvenez pas à la faire reconnaître tout de suite, ce sera plus facile avec l'utilitaire XF86Setup une fois le reste installé.

Important : l'installation de Lilo. Il faut comprendre que Lilo utilise (si vous le voulez bien) le secteur de boot de la partition amorçable pour placer un programme qui permet, à l'initialisation, de choisir entre Linux (une ou plusieurs installations) et un ou plusieurs autres systèmes.
Vous avez la possibilité de choisir celui qui sera lancé par défaut, et ceux qui pourront être proposés en alternative.
Vous pourrez modifier tout ceci plus tard grâce au fichier /etc/lilo.conf et la ré-exécution de /sbin/lilo.

Enfin, le programme vous demandera un mot de passe pour le compte super-utilisateur et en principe l'installation est terminée.

retour à la page d'accueil